Articles avec #linux tag

Publié le 11 Juillet 2016

Ghostscript (gs) permet de générer un fichier PDF à partir de plusieurs PDFs.

Ghostscript est évidement disponible sous linux mais également sur Mac.

brew install ghostscript

La commande gs est très puissante et très complexe à la fois. Il faut donc l'utiliser avec les bonnes options. Dans notre cas la commande est la suivante

gs -q -dNOPAUSE -dBATCH -sDEVICE=pdfwrite -sOutputFile=docs.pdf doc1.pdf doc2.pdf do3.pdf

Ce qui est vraiment intéressant c'est la fin de la commande, notamment l'option -sOutputFile qui permet de spécifier le nom du ficher de sortie (c'est à dire de celui comprenant tous les PDFs).

Ensuite la fin de la commande n'est que la liste des fichiers PDFs à regrouper séparé par des espaces.

Voir les commentaires

Rédigé par Bliz

Publié dans #Linux

Repost 0

Publié le 24 Mai 2016

Si vous écrivez des scripts bash de temps en temps il y a une astuce simple et efficace que l'on peut utiliser lors de l'exécution du script.

 

Par exemple imaginons un script qui exécute un programme et qui prend quelques paramètres en entrées. Pour faciliter l'utilisation du script on peut utiliser des valeurs par défaut pour ces paramètres.

 

Par exemple prenons le script suivant à titre d'illustration:

#!/bin/bash

echo $1

 

Le script ne fait qu'afficher le premier argument passé lors de l'appel du script. Maintenant si on veut utiliser une value par défaut cela devient

echo ${1-'Hello'}

 

Voilà le script affichera maintenant 'Hello' lorsqu'il est appelé sans argument. Il ne reste plus qu'à adapter cette astuce en fonction de vos besoins.

Voir les commentaires

Rédigé par Bliz

Publié dans #Linux

Repost 0

Publié le 19 Juillet 2015

J'aime assez utiliser VIM mais surtout je préfère avoir la coloration syntaxique quand j'édite du code.

Sous Mac OS X la coloration syntaxique n'est pas activée par défaut. Heureusement c'est très facile à changer en utilisant la commande suivante:

:syntax on

Pour éviter de taper cette commande à chaque ouverture de VIM on peut ajouter la ligne suivante dans le fichier .vimrc (qui se trouve dans le home directory):

syntax on

(si le fichier n'existe pas il suffit de le créé)

Voir les commentaires

Rédigé par Bliz

Publié dans #Linux, #mac

Repost 0

Publié le 11 Mai 2015

Par défaut 127.0.0.1 représente l'adresse locale (ou loopback). C'est à dire que rien est envoyé sur le réseau mais redirigé directement vers l'hôte local.

Il est intéressant d'avoir plusieurs adresses locales: 127.0.0.2, 127.0.0.3, ... afin de pouvoir faire tourner plusieurs instances d'une même application.

Pour ajouter une adresse locale cela se fait à l'aide de ifconfig et de la commande suivante:

sudo ifconfig lo0 alias 127.0.0.2 up

Voir les commentaires

Rédigé par Bliz

Publié dans #Linux

Repost 0

Publié le 25 Février 2015

Si vous utilisez la ligne de commande assez fréquemment vous savez surement que la commande cd (change directory) permet de retourner dans le répertoire précédent avec :

cd -

Très pratique mais on ne peut retourner que dans le repertoire précédent il n'y a pas d'historique des répertoires visités.

Heureusement il y a une autre commande qui permet de changer de repertoire tout en maintenant un historique de navigation. Il s'agit de pushd

pushd ~
pushd ~/Downloads
pushd ~/var/log

Ensuite pour remonter dans l'historique on utilise popd

popd

pushd ajoute les répertoires dans une pile et popd les dépile.

Voir les commentaires

Rédigé par Bliz

Publié dans #Linux

Repost 0

Publié le 27 Juillet 2014

Depuis que j'ai commencé à utiliser emacs je galère un peu avec les raccourcis donc voici ceux que j'utilise fréquemment. J'espère mettre à jour cette liste régulièrement.

Dans la liste ci-dessous C-x signifie CTRL+x et M-x signifie ESC puis x.

 C-x C-f  Find: Ouvre le fichier sélectionné
 C-x C-s  Save: Enregistre le fichier ouvert
 C-x k  Kill: Ferme le fichier (buffer) courant (sans fermer emacs)
 C-x C-c  Close: Ferme emacs
 C-a  Place le curseur au début de la ligne
 C-e  Place le curseur à la fin de la ligne
 C-x s  Search (forward): Effectue une recherche vers le bas dans le fichier courant
 C-x r  Search (Reverse): Effectue une recherche vers le haut dans le fichier courant
 C-x b  Buffer: Bascule vers un autre buffer (un autre fichier ouvert)
 C-x C-b  Buffer: Affiche la liste des buffers (fichiers ouverts)
 C-x 2  Sépare la fenêtre horizontalement en deux parties
 C-x 3  Sépare la fenêtre verticalement en deux parties
 C-x 1  N'affiche qu'un seul buffer dans la fenêtre (annule les commandes C-x 2 ou C-x 3)
 C-x o  Other: Bascule dans l'autre buffer lorsque la fenêtre est partagée en plusieurs parties
 C-k  Cut: coupe la ligne courante
 C-<space>  Mark: marque le début de la séléction. Permet de sélectionner du texte.
 C-w  Coupe la sélection courante.
 C-y  Yank: Coller
 M-x   Execute: Permet d'executer une commande. Par exemple "M-x shell" permet de lancer un shell
 C-v   Move (forward): Scroll vers le bas. Equivalent du "page down"
 E-v   Move (backward): Scroll vers le haut. Equivalent du "page up"

Voir les commentaires

Rédigé par Bliz

Publié dans #Linux

Repost 0

Publié le 14 Juin 2014

Apache permet d'utiliser des transactions sécurisées avec SSL (ou TLS) en utilisant des techniques de cryptographies basées sur un échange de clé et de certificat.

Obtenir un certificat

Donc avant de commencer il va falloir se procurer un certificat, soit en le générant nous-même, soit en le récupérant depuis une autorité reconnue.

La première option est gratuite mais comme le certificat ne pourra pas être vérifié automatiquement une fenêtre demandra à l'utilisateur de vérifier le certificat lui-même avant de pouvoir accèder au site. C'est suffisant pour une phase de développement ou de tests mais pas vraiment utilisable en production.

La deuxième option permet d'éviter tous ces inconvénients moyennant quelque paiement.

Dans les 2 cas la génération du certificat (ou de la demande de certificat) se fait avec openssl.

Pour générer un certificat:

openssl req -new -x509 -days 1095 -sha1 -newkey rsa:1024 -nodes -keyout server.key -out server.crt -subj '/O=Organisation/OU=Departement/CN=www.monsite.com'

Cette commande permet de générer les clés ainsi que le certificat associé.

Si on veut un certificate provenant d'une autorité reconnue il ne faut pas utiliser l'option -x509 ni -days.

Cette commande génère les clés dans le fichier server.key et le certificat (ou la demande) dans le fichier monsite.crt

Configurer Apache

La configuration d'apache se trouve dans /etc/apache2/httpd.conf.

Dans ce fichier il faut que les lignes suivantes soit présentes (non commentées):

LoadModule ssl_module libexec/apache2/mod_ssl.so
...
Include /etc/apache2/extra/httpd-ssl.conf

Dans le fichier /etc/apache2/extra/httpd-ssl.conf vérifier que les lignes suivantes pointe bien vers les fichiers contenant les clés/certificat:

Listen 80   # port http
Listen 443 # port https
...
SSLCertificateFile "/private/etc/apache2/
...
SSLCertificateKeyFile "/private/etc/apache2/server.key"

Au niveau des droits le fichier server.key doit être accessible uniquement en lecture par root.

Le fichier server.cert peut être lisible par tout le monde.

-rw-r--r--  1 root  wheel    928 14 Jun 17:43 server.crt
-r--------  1 root  wheel    887 14 Jun 17:43 server.key

Ensuite il faut simplement redémarrer le serveur apache:

apachectl restart

Voir les commentaires

Rédigé par Bliz

Publié dans #Linux

Repost 0

Publié le 8 Août 2013

J'ai souvent besoin d'ouvrir un fichier de log dans less pour comprendre un problème par exemple et puis parfois j'aimerai bien pouvoir suivre l'évolution des logs en temps réel (comme un tail -f). Et bien c'est possible sans quitter less avec la commande <shift>+F:

# less monfichier.log
<shitf>+G // pour aller à la fin du fichier
<shift>+F // pour suivre l'évolution (à la mode tail)
<ctrl>+C // pour arrêter
q // pour quitter 

Voir les commentaires

Rédigé par Bliz

Publié dans #Linux

Repost 0

Publié le 25 Juillet 2013

Sous redhat les fichiers de configuration réseaux se trouvent dans /etc/sysconfig/network-scripts/ifcfg-eth0.

Il y a un fichier ifcfg-<interface> pour chaque interface réseau (s'il n'y est pas on peut toujours le créé).

Pour désactiver le DHCP il faut fournir une IP fixe:

DEVICE="eth0"
BOOTPROTO="none"
HWADDR="08:00:27:82:93:30"
NM_CONTROLLED="yes"
ONBOOT="yes"
TYPE="Ethernet"
IPADDR="192.168.1.229"
NETMASK="255.255.255.0"

Ensuite il faut recharger la conf des interfaces par exemple en redémarrant le service réseau:

# service network restart

Voir les commentaires

Rédigé par Bliz

Publié dans #Linux

Repost 0

Publié le 25 Juillet 2013

Et oui en France on ne fait rien comme tout le monde donc on a des clavier AZERTY.

Et donc quand on arrive sur une machine redhat configurée en QWERTY on galère (surtout quand on n'a pas d'interface graphique).

Heureusement il y a une commande qui permet de tout arranger:

# loadkeys fr

permet de passer au clavier français

et

# loadkeys us

retourne en mode qwerty.

Voir les commentaires

Rédigé par Bliz

Publié dans #Linux

Repost 0